Toutes les sociétés humaines se sont interrogées sur la dette et ses détenteurs : nature, cosmos, ancêtres, dieux, démons, esprits... Au cours des siècles, les créanciers ont pris figure humaine. Nous sommes à un moment de la civilisation où nous sommes confrontés à un narcissisme qui a toutes les caractéristiques du totalitarisme. Il est temps de revenir à l'origine du désordre, non pour l'exorciser mais pour le célébrer.


Depuis 2015, Jean-Pierre TEXIER, co-fondateur de La BibliotheK Sauvage, interroge la "trace BACHELARD". Retentissements champêtres, échos sonores captés dans les galeries du métro, sur un terrain d'aéromodélisme ... invitent à explorer cette sorte d'unité de lieu, de temps et d'action que l'on pourrait appeler les confins du labyrinthe ; là où, précisément, l'insignifiant se confond avec le mémorable. Ainsi, le monde contemporain évoqué par Art of random va de la terre au ciel. Et se présente comme une ruine susceptible de (re)devenir un terrain à bâtir. 

 

Inscrites dans un "monde passé sous silence", les images sonores d'Art of random sont débarrassées de prétention. Elles ne tiennent pas du reportage, elles n'annoncent pas l'obsolescence ou la recrudescence du sens et de ses refuges. Cependant, si le point d'écoute reste familier, les séquences sélectionnées flirtent aussi avec le registre de l'évidence : la ramification est présente de toute part. C'est ce prodige dialectique que l'artiste constate et célèbre dans le même temps. "Je ne cherche pas à raconter une histoire, mais à investir un territoire interstitiel qui témoigne d'une vie intérieure prétendument disparue". Une vie intérieure qui ne serait pas conditionnée par les dogmes, les rituels, les protocoles, mais qui conduise vers l'écoute de l'héritage invisible.

 

Image en fond d'écran : œuvre graphique de Luc BERNAD.

Site internet : www.lucbernad.net/